riM O I R E  

3

 

VOUS  ETES  ICI

our faire apparaître d’autres territoires, tapez CARTOGRAPHIE IMAGINNAIRE DES QUARTIERS, RUE MASSENA, ZENITH NADIR, MIDI, CHOCOLAT… ou proposer votre propre mot.

 UNE  HISTOIRE    DE   8 ET D INACHEVEMENT

LE FIL,   L’ARAIGNEE LLABYRINTHE

 

 

 

 

                                                                                                                                       
hiffre dominant, clé de voûte de la structure Compendium favorisant une dissémination de la Parole, transcendant le Sens et le Souffle dans une philosophie d’inachèvement. Nombre de l’Infini et de l’équilibre cosmique, expression du divin au Moyen Age accélérant la circulation des énergies, l’incessante alternance des polarités de l’Etre, le 8 incarne la puissance et la renaissance. Le soleil d’en Haut se reflétant dans l’obscurité du Bas, alliance entre deux états permettant de voir au-delà de la réalité terrestre. Le signe de la Lumière qui se réverbère, deux cercles n’en faisant qu’un…

 

 

e 8 en un Tout en Un systémique, clos et ouvert sur le monde. Figure du « crâne » (siège de l’âme incarnant la translation du microcosme au macrocosme, un réceptacle de vie et de mort par lequel il faut passer pour renaître au plan supérieur) pensant ce même monde vivant au pied de la Lettre. Dans les légendes européennes et asiatiques, c’est une image de la voûte céleste (cf, clou du ciel), une caverne ouverte, elle-même représentation en miniature du Ciel. Le crâne contient la Pensée se faisant voûte étoilée, perpendiculaire reliant la Terre et le Ciel (« ce qui est en Haut est en Bas, ce qui est en Bas est en Haut…). Le 8 noue et dénoue, trame et tisse quelque chose racontant le monde dans tous ses paradoxes, son infini et son inachèvement…. — fil conducteur d’une Histoire de l’araignée ou de la soie, une logique du labyrinthe. Voilà une piste caravanière reliant les capitales chinoises à l’Europe à partir du IIem siècle avant d’être abandonnée au XIIIem. 9 mois à dos de chameaux (« fil de la vie » autre nom de la soie…) pour une route en forme de lieux et de liens culturels entre les traditions hellinistiques et bouddhistes jalonnées de monastères (Dunhuang, aux confins du désert de Gobi avec ses grottes ornées de peintures murales et de reliefs, la bibliothèque du couvent avec son précieux trésor de bannières votives peintes sur soie retrouvées dans une caverne murée depuis le XIem siècle). La route de la Soie raconte l’universel, la pluralité des cultures, du commerce et du politique… — l’alliance du Spirituel et du Matériel.

 

e ces entremêlements (plusieurs routes de la Soie), la trame de l’Histoire, une expérience labyrinthique et son cercle dans lequel s’inscrit la finitude de la vie. Une vision cyclique de l’histoire et de sa réappropriation (l’image de la tresse, de l’entremêlement du mouvement, les rubriques et leurs applications, effet hélicoïdal d’un Monde symbolique)… – tout redevient comme avant mais pas complètement. Ainsi le voyage dans le Compendium par la spirale pour la transformation de l’Etre, ses rites et ses passages…. Un archétype de la Connaissance se développant à partir d’un principe de déconstruction mais sans être pour autant dédale, on ne s’y perd pas on s’y (re)trouve, seulement guidé par un fil venu du Centre de soi. Un chant (champ) de Soi, semblable au Fado (trad. Destin) portugais ou la Saudade brésilienne.

 

 

‘araignée raconte le même mythe de la quête d’Absolu… — ainsi Arachné se vantant de tisser mieux que la déesse Athena, celle-ci détruisit le travail d’Arachné qui, furieuse, alla se pendre. Prise de remord, Athéna lui rendit la vie en la transformant en araignée condamnée à tisser toute son existence. De la légende, une symbolique…. — l’araignée sécrète inexorablement du fil, sang de son lien se faisant toile aux multiples fonctions (habitat, garde-manger, nid, protection contre les prédateurs…). Pas de vie sans fil (d’une Histoire), l’arrêt de la sécrétion sous-entendant l’interruption du mouvement (maladie et/ou mort). Le vivant et tout son Sens… ainsi le piéton voyageur – araignée trame-t-il et tisse-t-il un labyrinthe Compendium pour une «  forme canonique de l’expérimentation de son propre espace »

 

PREMIER   CIEL    D  LA CONSTELLATION    COMPENDIUM


                                                                               Voûte céleste en 8 rubriques et 64 applications

 

n premier « ciel » Compendium en étoiles de 8 rubriques couleurs (TRAIT D’UNION, NOUS SOMMES ICI, AILLEURS ET LES AUTRES, LIEUX COMMUNS, FAITS ET GESTES, LA VIE EN JE(UX), ARTS ET METIERS, ENCYCLOPEDIE I) nourries chacune par 8 textes fondateurs, balayant le champ de la conscience permettant la réappropriation de Soi, de l’Identité, de l’Espace, de l’Environnement, du Comportement, de l’Art de vivre, de la Transmission, de la Connaissance. Les 8 rubriques abritent chacune 8 applications.

 

8   RUBRIQUES

 

 

es 8 rubriques jouent le rôle des piliers dans une cathédrale. Elles portent des thématiques canalisant l’énergie de ce qui structure et élève tout à la fois, une tentative de quadrature du cercle de la Terre vers le Ciel dans toute sa puissance ascensionnelle tentant de faire passer le piéton voyageur vers un autre état dans le deuxième cercle de la galaxie (Soi deviendra alors Symbole, l’Identité se fera Virtuel, etc…). Le carré de chaque « pilier » inscrit le sujet dans sa Terre à travers un ensemble de thématiques imposées (réappropriation de Soi, de l’Identité, etc…) en s’animant autour de 64 applications et en se nourrissant des 8 textes fondateurs. Les 8 rubriques incarnent la symbolique de la figure du 4 et de ses quatre côtés cardinaux indiquant un Sens tangible pour les forces de l’imaginaire (64 applications) « s’enroulant » autour de la structure en un mouvement hélicoïdal (sénestrogyre et dextrogyre) vers le Ciel, telle une spirale vers les étoiles. On peut parler d’une élévation de l’Etre à partir de ses racines, une idée d’Infini et d’Inachèvement… Chaque rubrique et chaque application (Unique) convergent (Multiple) vers un essentiel rendant la structure vibrante et vivante, l’inscrivant dans l’intemporalité. Rubriques et applications créent ainsi l’union de la gravité et de la Lumière, une architecture organique en lianes et spirales vers la force des choses.

Rubrique 1 : Tout ce qui relie l’Un à l’Autre (carnet de voyage, téléphone, internet, tablette, courrier, appareil photo… — une autre manière de s’en servir), autant de petits réceptacles individuels pour d’autres applications.

Rubrique 2 : Tout ce qui enracine l’Etre (généalogie, état des lieux et des liens, dates, époques…) pour se connaître et s’y reconnaître.

Rubrique 3 : Tout ce qui appréhende et raconte l’Espace (cartes, plans, cartes postales…) quand Ici devient Ailleurs.

Rubrique: Tout ce qui fait Mémoire du réel (terroirs et territoires, personnages, langages, environnements familiers…), le semblable et le différent pour une même diversité.

Rubrique : Tout ce qui fait Langage du corps (vêtement, langues, impressions…), pratiques et autres habitudes du comportement.

Rubrique 6 : Tout ce qui construit le Temps (voyages, habitudes, l’exception de l’ordinaire…) à en faire un jeu ou un art.

Rubrique 7 : Tout ce qui passe de Main en main, s’apprend et se transmet (savoir-faire, savoir-être), une histoire des métiers.

Rubrique 8 : Tout ce qui nourrit l’Esprit et construit la Connaissance (dictionnaire, l’écriture au pied de la Lettre…), les champs du savoir.

 

64   APPLICATIONS

 

                Organigramme

 

64 applications ou 64 expériences sensibles liées et reliées aux 8 rubriques, aux 8 mondes et aux 8 merveilles (métaphores de lianes entremêlées dont le mouvement fait « hélices » autour d’un tronc). Autant d’exercices pratiques individuels ou collectifs, à vocation pédagogique, sociale et culturelle, favorisant une dissémination de la Parole (l’étincelle, la passerelle… une même logique du vivant), une biodiversité vivante du chantier, une force centrifuge vibrionnante et aspirante portant l’Etre vers le Haut en tentant de lui faire changer de dimension.

64 applications pour un RIEN NE SE PERD TOUT SE RECYCLE. Un réseau d’expériences indépendantes et autonomes mais toujours reliées les unes aux autres, ce qui est révélé ICI peut se transformer AILLEURS (une application «Carnet déguisé» de la rubrique 1 peut alimenter l’application «Espèces d’espaces» de la rubrique 8, etc…). Ces interactions vivantes donnent au chantier l’image d’une (é)toile d’araignée en forme de voûte céleste originale avec une dissémination virale se démultipliant à l’Infini, un hyper-Texte pour une exploration ouverte à tous. Pas d’entrée précise, on y vient on en sort on y revient… ainsi devient-on «piéton voyageur» pensant l’Astrolabe Compendium comme clé de voûte d’un Ciel en expansions à en redessiner toujours la carte. Une vie en exercices renouant avec l’Origine d’un au-delà de Soi, un logiciel à jouer (jouets) les trésors pour se connaître et s’y reconnaître, miroir d’une cour des miracles se faisant Astrolabe pour autant de courants d’airs et d’Etres. Une théorie heuristique du chaos où tout est ordre et déconstruction permanente de ce même chaos pour un monde clos et ouvert. Un logiciel intime et interne archivant du Souffle vers la redécouverte de Soi (un yoga de poche…). Un chantier quatre côtés cardinaux (cardinal,is : ce qui oriente et montre le chemin) invisiblement relié aux destins et directions de chacun. Une tentative de corpus de Langue universelle unique et multiple, balbutiant la réappropriation des mondes, sa maïeutique… — l’Utopie (ubi/topos, là où il y a du lieu) d’un mouvement perpétuel dans son équilibre presque parfait et la concordance de son Temps.

 

 

 Rubrique 1 TRAIT D’UNION et ses 8 applications

 

 ALLO   JE   SUIS   LA

L’écriture  d’un  mot  et  une minute au  bout  du fil.

 CARNET   DEGUISE

                                                                                                               

Carnet  de  voyages  intérieurs  au  fil  des  jours, les  meilleurs. L’aventure  habillée d’un  rien, d’un  mot  ou  d’ailleurs.

  L VUE   DEVANT   SOI

Apprendre  à  ouvrir  les  yeux. Un instant, une pause. un arrêt  sur  le  monde et son regard  (le  tien ,  le  notre, une  éternité…).

LETRE   ET   LA   LETTRE

Correspondances   au   pied  de  la  Lettre  en  guise  d’introduction  et  de  trait  –  d’union.

MINE(S) DE   RIEN

Mine  sèche   ou  dure, demie – dure  ou  demi – mot, toutes  les  variations  d’un monde  sur  papier.

PAR MONTS   PA  VAUX

Mille  voi(x)es   mille   récits  à  la recherche  d’un  souffle…

.PHOTO    SOUVENIR

Clichés   en   cours de   temps   suspendu

PRESSE     PAPIER

                                         Mémoire  affichée, dépliée, dévoilée…

 

Rubrique 2 NOUS SOMMES ICI et ses 8 applications

 

                                                         AUTOPORTRAIT

Face   à   face  à   soi   et   aux  autres.

CV

                                                            Chemins   de  vie.

         GUIDE    MEMOIRE

                              Us  et  coutumes  de  la  fin  et  des  origines.           

 IMAGE    D’EPINAL

Aventures   mouvementées  du   temps   immobile.

 

Grimoire 4

 

F
F
Twitter
astrolabe10 on Twitter
6 people follow astrolabe10

F